Pourquoi j’ai voulu passer mon anniversaire toute seule .

9 avril 2016

Vouloir être seule pour son anniversaire

Je suis une personne très nostalgique et j’accorde une grande importance aux fêtes et aux événements. Je prends le temps à chaque St-Valentin, même en étant célibataire, de passer une soirée pour prendre soins de moi et pour marquer le coup. J’aimerais que Noël se passe avec des chandails de laine qui matchent, du lait de poule et des photos de famille autour d’un foyer. J’attends beaucoup des gens, dans ces occasions, et je suis souvent déçue, malheureusement.

Je suis à l’étranger depuis 2 mois maintenant, uniquement en compagnie d’une amie d’enfance avec qui je partage un appartement. Nous travaillons toutes les deux comme serveuses et nous explorons la ville ensemble. En voyant approcher la date de mon anniversaire, j’ai commencé à être un peu déprimée. J’étais loin de toutes mes amies, de toute ma famille et de toutes les personnes que je voulais avoir autour de moi pour souligner ma date de naissance. J’ai donc décidé de me relever les manches et de ne pas m’apitoyer sur mon sort. J’ai demandé un congé au restaurant, j’ai booké une auberge très château british à Halifax et réservé mes billets d’autobus. En 30 minutes, munie d’un guide de visite de la ville, je me suis concocté un itinéraire des Musés et des endroits à visiter. Je me suis même réservé du temps pour aller à l’extérieur de la ville pour une randonnée en forêt. Et le soir de mon retour, celui de mon anniversaire, j’allais aller au restaurant pour souper avec mon amie et colocataire.

Mauvaise nouvelle, une énorme tempête était annoncée. Cette nouvelle m’a mise à terre. Où j’habite, il n’y avait plus un brin de neige depuis le début de Février. Et maintenant que le printemps devait pointer le bout de son nez, 25 cm de neige était annoncé. J’étais déçue et surtout en colère contre la vie. Voilà que je m’organisais un Plan B d’anniversaire pour oublier mon isolement et que tout était à l’eau!

Qu’à cela ne tienne. J’ai pris mon sac et je me suis quand même rendue à Halifax. J’ai décidé que si j’étais prise dans la ville une nuit de plus, et bien tant pis. Il y avait un immense soleil dans le ciel et j’ai visité presque tout ce que je voulais en un après-midi. J’ai souper dans un restaurant toute seule, pour la première fois de ma vie, sans me sentir trop mal à l’aise. Et je me suis effondrée de sommeil dans mon lit à baldaquin à 20h30 en me disant que cette dernière journée à 20 ans avait été géniale.

La grêle m’a réveillé à 7h30 le lendemain matin. Je suis restée un long moment au lit, sachant qu’il ne servait à rien de tenter de sortir de mon auberge avant l’heure de mon départ. Je me suis rendue au sous-sol pour déjeuner, j’ai dévalisé le buffet, puis je suis remonté dans ma chambre pour lire et faire le point.

Parce qu’après tout, j’avais 21 ans maintenant.

J’ai analysé la précédente année, les bons coups et les moins bons. J’ai pris le temps de faire le point sur qui j’étais, sur où j’étais rendue et sur ce qui s’en venait. Oui, sérieuse de même la fille! J’avais besoin de ce temps pour moi, toute seule. C’était comme affirmer à la vie que j’étais capable d’être bien all by myself et que c’était avec cette force que je voulais vivre l’année qui s’en venait. Parce que mon dieu que c’est important, d’être bien toute seule avec soi-même!

Puis je suis revenue à mon appartement, sachant que le restaurant était lui aussi à l’eau. J’ai bravé la tempête pour faire un saut à l’épicerie. J’avais envie d’un gâteau et de bougies. Lorsque je suis arrivée, ma colocataire m’attendait avec un souper exquis et un cadeau, ainsi qu’un bouquet de fleurs qui venait d’arriver de la part de ma mère. J’étais comblée.

Et même lorsque ma colocataire a dû s’absenter le reste de la soirée pour régler des histoires d’ex-amoureux et que je me suis retrouvée toute seule devant mon ordinateur, ça ne m’a pas dérangé. Parce que j’avais décidé de prendre le côté positif de toutes les situations. Je me suis emmitouflée, un thé à la main, et j’ai écouté une série avant d’aller me mettre au lit. Et je me suis endormie le sourire aux lèvres en me disant que cette première journée à 21 ans avait été géniale.

xx Josiane .

By Josiane

Bloggeuse, étudiante, lectrice assidue, rieuse et adepte du bonheur, Josiane cherche continuellement de nouveaux trucs pour remplir son quotidien de magie et de bien-être. Elle retrouve son essence en nature et rêve de vivre de son écriture, installée dans une petite fermette de campagne.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *