S’il suffisait d’aimer

31 mai 2016

S'il suffisait d'aimer

J’ai toujours cru en l’amour. Je crois que c’est le plus grand pouvoir du monde et je trouve que ma plus grande force est cette capacité à aimer de tout mon être. Pourtant, la vie ne m’a pas donné beaucoup d’exemple au quotidien d’amour inconditionnel. J’ai appris petit à petit que tout n’était pas un conte de fées et qu’une certaine limite existait dans la vraie vie. Mais je suppose que ces observations me sont venues grâce à la distance que j’avais, par le fait que je n’étais pas aveuglée par le brouillard des sentiments qui tourbillonnent dans notre ventre.

Je crois qu’il y a une limite à l’amour, par exemple pour les parents qui restent ensemble pour le bien des enfants. J’ai été chanceuse d’avoir des parents qui ont prit la décision de se séparer lorsque l’amour n’était plus au rendez-vous. Oui, chanceuse. Parce qu’une fois que l’amour disparait, le grand vide créé est peu à peu rempli de rancoeur, d’excuses, de mensonges et de cris. Mais je ne parle pas des tempêtes que des couples traversent en se perdant de vue quelques instants, les yeux plissés et les mains tendus pour essayer en vain de trouver l’autre dans le brouillard. L’amour, c’est ce qui donne la force de continuer de se battre.

Une autre situation de la vraie vie m’a fait sortir rapidement de mes contes de fées : le manque de respect. Je n’ai jamais lu un conte de Disney où le Prince se promène de château en château pour faire la cours à toutes les Princesses du pays. Pourquoi? Parce que ça ne se fait pas. Il n’y a pas non plus de Prince qui annonce à la Princesse qu’il l’aime autant qu’une autre et qu’il reste avec elle en attendant de se décider. Si le Prince avait fait une telle chose, j’espère de tout cœur que la Princesse l’aurait jeté à la porte.

L’amour a ses limites, ou du moins devrait en avoir. Tout le monde s’accorde à dire qu’une femme qui aime son mari qui la frappe devrait quand même le laisser. Jusqu’où l’amour doit nous mener? À quel moment doit-on dire stop?

J’aimerais dire ceci : Aucune personne n’a l’autorité de nous faire oublier le respect auquel nous avons droit. L’amour n’est pas tout. Et la peur de ne plus être aimé ne devrait pas prendre le contrôle des décisions que nous prenons. Si cette personne ne prend pas la peine de voir combien vous êtes merveilleux, une autre personne le fera. Marilou de Trois fois par jour à écrit : Et ces temps-ci, je réalises à quel point tous mes « non » m’ont guider vers les meilleurs « oui » du monde. C’est exactement ça.

S’il suffisait d’aimer, tout serait si beau et merveilleux! Mais ce n’est pas le cas. Il ne suffit pas toujours d’aimer. Parfois, on aime tout seul et ça cause plus de tord que de bien. Et parfois on aime pour les mauvaises raisons. Ou bien on se convainc qu’on aime. Parce qu’on croit que l’amour suffit toujours, que c’est une raison suffisante pour endurer l’impossible. Mais non. L’amour est la plus grande force au monde, mais ici ce n’est pas le royaume des Princesses. L’amour ne transforme pas les crapauds en Prince, ni les citrouilles en carrosses. La vie est trop courte pour rester dans une situation qui ne nous rend pas heureux. Et je n’ai pas écrit « malheureux », parce que certaines personnes se contentent du « pas heureux » pour vivre. Ne visez pas le « non malheureux », visez plus haut. Visez le bonheur, le respect, l’amour réciproque. Visez ce que vous méritez, ce dont vous rêvez.

xx Josianee .

By Josiane

Bloggeuse, étudiante, lectrice assidue, rieuse et adepte du bonheur, Josiane cherche continuellement de nouveaux trucs pour remplir son quotidien de magie et de bien-être. Elle retrouve son essence en nature et rêve de vivre de son écriture, installée dans une petite fermette de campagne.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *